Kawasaki Ninja 400

Test : Kawasaki Ninja 400 (Baujahr 2020)

Petit mais vert

imagePhotos : BikeReview.info

Des super-athlètes ? Ce sont ces flèches de course qui, bien qu’inconfortables, sont les reines de l’autoroute grâce au train d’atterrissage sophistiqué et aux performances ps parfois ridiculement élevées. C’est vrai. Mais ce n’est pas une règle sans exception: Kawasaki, avec le Ninja 400 et ses 45 ch, a l’émission de bonsaï d’un super-athlète. Ça marche ? Test.

Petit, léger et faible

Moins de deux mètres de moto place Kawa aux 400 propriétaires dans le garage, et avec 168 kilos, c’est un poids léger. La formule du mini-super-athlète a été affiné par les Japonais dans différentes séries. Le Ninja 400 a remplacé la précédente Z300 en 2018 et fait 45 ch. Elle convient donc, d’une part, aux titulaires de permis A2 et, d’autre part, la question du sens se pose : un super-athlète de 45 ch et même moins de 200 km / h de vitesse maximale ? C’est vrai ?

On va s’en sortir. D’abord, un coup d’oeil à la machine. Contrairement à son prédécesseur, la banquette est devenue plus étroite de trois centimètres. Avec la hauteur de siège modérée de 785 millimètres, les jambes courtes se tiennent et conduisent en toute sécurité. Pour les gros conducteurs normaux, cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent rien faire avec la Kawa. Grâce à l’agréable angle de genou, il convient généralement ainsi, sur demande il y a une banquette plus haute.

imageimageimage

Il n’y a pas grand chose à régler

En général, le Ninja 400 est agréable à manipuler : la position assise est tout à fait sportive, mais on ne se sent pas traîné sur le réservoir. Le guidon est sportif, mais les chevilles n’entrent pas en contact avec l’asphalte même en cas de virage engagé. La position assise du passager est étonnamment bonne. Ne vous mécontenez pas : ce n’est pas vraiment confortable, mais on arrive au lac de dragage sans pouvoir tendre les jambes le reste de la journée.

Le cockpit est clair et surpris par un compteur de vitesse analogique (zone rouge à partir de 12.000 tours). Les freins et l’embrayage sont faciles et sont bien à portée de main, bien que les leviers ne soient pas réglables. Le châssis n’est pas réglable à l’arrière, à l’exception de la base du ressort. L’équipement comprend l’éclairage LED (à l’exception des clignotants) et l’ABS. Mais cela met fin à la liste des assistants électroniques, c’est tout ce qu’il y a dans la classe, même pour l’argent et les bonnes paroles. En revanche, la liste des accessoires est longue: que ce soit Akra-Sportauspuff, Soziusabdeckung ou Bugspoiler: Le prix de base non négligeable de 6.429 EUROs peut être facilement poussé vers le haut par le propriétaire.

Assez de théorie, on emmène la petite dans la rue.

image

Plus serré, mieux c’est

Le démarrage réussit sans problème, de même que la descente. Malgré le couple timide de seulement 38 newtons à 8.000 tours, la Kawa réagit décemment. Ici, il n’est pas nécessaire de faire de la magie avec du gaz et de l’embrayage pour faire un démarrage propre. Que les super-athlètes de la classe 150 plus ps aient beaucoup plus de saindoux, ils sont en surpoids par rapport à la Kawa Ninja 400. 168 kilos d’économies de certains chevaux qui ont besoin de machines plus puissantes pour accélérer leur propre poids.

Bon mot-clé: accélération. Il ne se passe pas grand-chose en dessous de 3 000, et le Ninja 400 ne s’en prend pas à son étiage saccadé. Il continue constamment à monter dans la bande de vitesse jusqu’à ce que la zone de bien-être soit atteinte à 6.000 tours. A partir d’ici, le 399 Kubik grand bicylindre exulte sur et en avant. La puissance maximale est de 10 000, et il faut en rester là. Plus loin jusqu’aux 12 000 permis, en plus des vibrations, il n’y a guère de puissance.

Jusqu’à 100 km/h, cela signifie un temps d’attente de 5 secondes. En bref, la même puissance est à peu près égale pour une KTM 390,la BMW 310 GS est déjà nettement plus faible avec 34 ch. Il y a des motards avoués, en dessous de 100 ch, le monde de la moto n’a aucun sens. La Kawa prouve le contraire, parce que ça avance vite. Si vous voulez être rapide, vous devez toutefois faire un effort : la boîte de vitesses à six rapports doit être servie avec diligence pour rester dans la zone de bien-être en cas de trajet rapide. La motorisation souveraine ne l’est pas par rapport aux grands, mais elle ne l’est pas non plus.

L’heure du Ninja 400, quand les choses deviennent serrées, les courbes sont plus serpentin ou même en descente. C’est là que le petit réussit à embêter les super-pilotes. Comme elle est facile et désireuse d’être jetée dans les virages, ça a quelque chose. Une seule courbe ou un serpent, plus ninja 400. La vraie sportivité est-elle capable de coincer sa grande grande sœur H2 avec un compresseur et 200 ch ?

Ce serait encore mieux si les freins du Ninja 400 étaient plus engagés. Il n’y a rien d’incertain ici, mais il n’y a pas plus d’un accord. La commande est bonne, mais les stoppeurs ne marchent pas, et il n’y a qu’un seul disque à l’avant. Faire une pause, c’est pour ça qu’on peut toujours faire une pause. Et aide le plus cher, avec qui le train d’atterrissage serré ne fait pas preuve de pitié. Oui, c’est un super athlète, juste en petit, pas un super touriste.

Ça marche - mais pas pour tout le monde

Ça marche, 45 chevaux et super-athlètes ? Oui, ça marche. À condition que l’on puisse non seulement définir sur le plan sportif les performances de conduite pures, mais aussi se réjouir de la maniabilité. Si tout le reste est trop haut, trop grand et lourd, le Kawasaki Ninja 400 convient.

Et ce n’est qu’alors qu’elle a un sens, car une chose est claire : avec environ 6.400 euros, elle n’est pas une bonne affaire. Elle n’est pas bon marché et ne veut pas l’être. Mais une moto qui peut surprendre. Et ça marche.

Le vélo d’essai nous a été fourni par Heller et Soltau à St. Michaelisdonn.

Prix / Disponibilité / Couleurs / Années de construction

  • Prix : 6.429 €
  • Occasion (2 ans) : 5.100€
  • Années de construction: depuis 2018
  • Disponibilité: bon
  • Couleurs : vert, noir
ouvrir
fermer
waveform

Pour & Contre

  • Châssis précis
  • Caractéristiques du moteur
  • légères
  • Confort de conduite
Von unserem Team geprüft:

Généralités

Type
Supersport
EIE
6.295 €

Dimensions

Longueur
1.990 mm
Hauteur
1.120 mm
Poids
168 kg
Hauteur du siège
785 mm
Empattement
1.370 mm

Performances de conduite & portée

0 à 100
5,5 s
Contenu du réservoir
14 l
Consommation
3,9 l
Champ d’application
358 km
C’est le plus haut.
195 km/h

Transmission du moteur et de la puissance

Type de moteur
Série
Nombre de cylindres
2
Réfrigération
Réfrigéré à l’eau
Cylindrée
399 cc
Forage
70 mm
Hub
51,8 mm
Performance
45 CH
Couple
38 NM
Nombre de vitesses
6
Propulsion
Chaîne

Châssis et freins

Cadre
Cadre de tube en treillis
Suspension à l’avant
Fourche télescopique de 41 mm
Federweg:
120 mm
Jambe de plume à l’arrière
Amortisseurs de pression de gaz
Federweg:
130 mm
Suspension à l’arrière
Bottom-Link Uni-Trak
Freins à l’avant
Disque de frein petal simple
310 mm
Pneus à l’avant
110/70R17 M/C 54H
Freins à l’arrière
Disque de frein petal simple
220
Pneus arrière
150/60R17 M/C 66H
ABS
ABS de Nissin