Kawasaki Z 900

Test : Kawasaki Z 900 (2020) (Baujahr 2020)

Le petit lutin vert dans une nouvelle fraîcheur

imagePhotos : BikeReview.info

Kawasaki a un vrai best-seller avec le Z 900 depuis 2017. Mais les années passent, et les clients réclament une fois de plus un lifting du vélo nu. Idéalement, un faclift sert à maintenir les forces et à atténuer les faiblesses. Le test de modèle 2020 montre si cela a fonctionné.

Deux choses dérangeaient

Commençons par un coup d’oeil en arrière: lorsque le Z 900 a été testé pour la dernière fois chez nous,il a laissé une équipe d’essai presque entièrement satisfaite: comment le moteur a cédé sa puissance de 125 ch, le train d’atterrissage l’a enlevé sans être impressionné, et le vélo compact Naked Bike a traversé les virages - super. Deux choses, cependant, dérangeaient: premièrement, le confort minimal d’un social. Il faut malheureusement constater que Kawa n’a rien changé à cela. La raison pour laquelle la plupart des fabricants ont décidé, au-delà des marques, de former une grande coalition de tortionnaires d’un socius, n’est absolument pas claire.

imageimageimage

Maintenant avec la puissance électronique

La deuxième critique est un peu plus nuancée. L’ancienne Kawasaki Z 900 a économisé pour une grande partie des coureurs au mauvais endroit: il y avait un ABS, mais pas d’autres aides électroniques à la conduite. Le système antiblocage est suffisant pour les fans hardcore, même un compteur de vitesse numérique est considéré comme un échec à la mode dans ces cercles. Ces acheteurs n’apprécieront pas que le nouveau contrôle de traction soit réglable à différents niveaux. Les modes de conduite ne provoqueront pas non plus des tempêtes d’enthousiasme. Toutes les fonctions peuvent être sélectionnées via le nouvel écran TFT coloré.

Pour faire court, la Kawa, autrefois comme aujourd’hui, marche comme la célèbre truie, même si elle n’est pas poussée à travers le village tout aussi célèbre. Nous faisons tous des erreurs - à cet égard : même si vous vous s’estimez le meilleur des motocyclistes, l’écran de protection électronique de la Kawa a du sens.

La nouvelle technique fonctionne-t-elle parfaitement ? Allons-y.

image

Toujours aussi génial

Commençons par les impressions les moins importantes pour la conduite. Le premier tour autour du vélo montre en comparaison directe que de très nombreuses pièces de revêtement ont été modifiées. Kawasaki l’appelle lui-même la « prochaine étape du style Sugomi », ce qui ne signifie rien d’autre que le mélange typique d’éléments de transformers et d’yeux d’insectes a été réaménisé. Et pourtant, sans qu’on puisse identifier un certain déguisement comme responsable, ça marche. Le nouveau Z 900 semble plus harmonieux que l’ancien. Le fait qu’il y ait maintenant un éclairage LED complet complète la belle image.

En fait, le nouvel écran TFT est également bon. Il est clair et clairement structuré sur le plan graphique. Le tri, la coordination et l’adaptation des assistants électroniques ne devraient donc pas poser de problème. Si, oui, si kawasaki n’avait pas été surpris par les nouvelles fonctions, elle aurait dispersé l’utilisation sur les interrupteurs et les boutons sur le côté gauche du guidon et sur deux autres boutons à l’écran. Pendant le trajet, il ne faut pas s’en mêler, mais ce n’est pas nécessaire.

Plus important encore, tout fonctionne très bien. Le contrôle de traction est bien réglé, de même que le mode de conduite approprié. La vieille Kawa vous a fait vous surprendr: 125 chevaux dans un vélo de classe moyenne ? Enfin, nous avons réussi à définir la Z 900 comme « classe moyenne de haut niveau », sinon les Z 650 ou Yamaha MT-07 seraient sortis de la grille de la classe moyenne.

Donc, 125 chevaux, et Kawa veut réajuster le logiciel du moteur. Ce qui est clair, c’est que peu importe ce que les nouvelles lignes du matériel commandent sous la forme du fantastique quatre cylindres, ça a marché. Le Z 900 envahit la bande de vitesse avec enthousiasme et a une très large gamme d’utilisations. Même en dessous de 2.000 tours, elle ne frappe pas avec la chaîne autour de lui et tente de larguer le cavalier. À l’autre bout, la force ne veut pas s’arrêter, à partir de 6 000, la tempête se déchaîne jusqu’au sommet. C’est comme ça qu’il faut. Le fait que le nouveau son d’échappement s’y adapte complète l’image.

Le Z 900 est un vélo relativement compact. Mais avec 210 kilos, ce n’est pas trop léger. Cela n’empêche pas la Kawa de se jeter dans les virages avec beaucoup d’élan. Les stoppeurs fonctionnent de manière stable et, lors du freinage dans la courbe, avec un faible moment de réglage. La position assise sur le guidon plutôt haut est agréable, pas trop sportive. D’un autre côté, dans le cas d’un vélo nu, cela signifie que le vent a une surface d’attaque plutôt grande, qui n’est atténuée par aucune protection contre le vent. Naked Bike. Dans ce cas, on peut se maintenir jusqu’à 180 km/h, les pointes de 240 km/h sont plutôt théoriques. A moins que l’on n’ait fixé sa viande de siège à l’aide d’un banc adhésif à double face sur la banquette maintenant plus haute mais toujours confortable.

Oublier quelque chose d’autre ? Ah oui, l’engrenage. Il est doux au japon et précis, il n’y a pas de procès ici. Bien que la vitesse supérieure soit plutôt conçue pour la vitesse de rotation, elle n’étrangle pas le quadricylindre de 948 centimètres cubes. Mais Kawa fait quand même un peu de refus: l’un des Quickshifter de plus en plus populaire n’existe même pas moyennant des frais supplémentaires.

Bien, si vous aimez les athlètes

Que reste-t-il ? Avec 9 845 euros, la Kawasaki Z 900 du millésime 2020 est certes devenue plus chère, mais elle est également devenue considérablement plus importante avec son équipement électronique, notamment dans le domaine de la sécurité. Elle n’a rien perdu de ses qualités , du moins pour les coureurs sportifs.

Cependant, c’est une moto très animée: le vélo s’adresse au conducteur sur un plan émotionnel. Seul le message est toujours le même : tourne enfin jusqu’à l’attaque ! Ceux qui aiment cela et n’ont pas besoin d’une place sociale, ont ici un collègue sportif entièrement adapté à la vie quotidienne. Si c’est trop frénétique, même les nouvelles fonctionnalités ne pourront pas le convaincre.

Le vélo d’essai nous a été fourni par Heller & Soltau à St. Michaelisdonn.

Prix / Disponibilité / Couleurs / Années de construction

  • Prix : 9.845 €
  • Occasion (3 ans) : 6.500€
  • Années de construction: depuis 2017
  • Disponibilité: bon
  • Couleurs : rouge, jaune vif
ouvrir
fermer
waveform

Pour & Contre

  • Kraftvller Motor
  • Châssis précis
  • Freins bien dosés
  • Rapport qualité/prix
  • Le confort de sozius
  • Service partiel
Von unserem Team geprüft:

Généralités

Type
Naked
EIE
9.695 €

Dimensions

Longueur
2.070 mm
Hauteur
1.080 mm
Poids
210 kg
Hauteur du siège
820 mm
Empattement
1.455 mm

Performances de conduite & portée

0 à 100
3,3 s
60 à 100
3,9 s
Contenu du réservoir
17 l
Consommation
5,5 l
Champ d’application
315 km
C’est le plus haut.
240 km/h

Transmission du moteur et de la puissance

Type de moteur
Série
Nombre de cylindres
4
Réfrigération
Réfrigéré à l’eau
Cylindrée
948 cc
Forage
73,4 mm
Hub
56 mm
Performance
125 CH
Couple
98,6 NM
Nombre de vitesses
6
Propulsion
Chaîne

Châssis et freins

Cadre
Cadre de tube en treillis
Suspension à l’avant
Fourche 41 mm-upside-down
Federweg:
120 mm
Jambe de plume à l’arrière
Jambes mono-plume
Federweg:
140 mm
Suspension à l’arrière
Oscillant à deux bras
Freins à l’avant
Disque double
300 mm
Pneus à l’avant
120/70ZR17M/C (58W)
Freins à l’arrière
Disque
250
Pneus arrière
180/55R17M/C (73W)
ABS
ABS