Suzuki GSX 1250 F

Suzuki GSX 1250 FA en test (Baujahr 2016)

Allrounder puissant avec des gènes sportifs

imageLe Suzuki GSX 1250 FA est un bandit avec un déguisement complet, même si Suzuki n’aime pas vraiment entendre le surnom de « bandit » dans ce modèle. Elle a été construite à partir de 2010 et a été victime de la norme Euro 4 fin 2016. En fait, c’est dommage, trouve notre auteur, parce que les touristes sportifs allrouns comme la FA sont de moins en moins nombreux. 

Introduction

L’histoire du grand bandit commence en 1996. À cette époque, Suzuki a présenté le GSF 1200, une machine refroidie à l’air et à l’huile à quatre cylindres puissants qui, grâce à sa fiabilité et à son prix très avantageux, pouvait rapidement rassembler une véritable communauté de fans autour de lui.

À partir de 2007, les années 1200 ont été remplacées par le bandit 1250. Ce bandit à refroidissement à l’eau était homologiste selon Euro-3 et a d’abord poursuivi le succès de son prédécesseur. À partir de 2010, Suzuki a également offert le GSX 1250 FA. En plus du revêtement complet et d’un second ventilateur, il n’y avait guère de différences avec le bandit nu ou semi-déverrouillé 1250, mais la FA ne pouvait plus porter le surnom de « bandit ». Le nom de modèle « GSX » devrait indiquer clairement que cette machine tend vers le sport plus loin que les bandits normaux.

Les ventes initialement très bonnes ont chuté de plus en plus à partir de 2012, de sorte que Suzuki a décidé fin 2016 de ne plus transformer le moteur de la GSX 1250 pour la prochaine norme Euro 4. Depuis lors, il n’y a plus de véritable touriste sportif dans le programme Suzuki et les bandits GSF ont également été embauchés.

Soziusbetrieb auf der GSX 1250 FACockpitBremsanlage

Je veux qu’elle le fasse.

Le GSX 1250 FA fait bonne figure même sur les circuits en raison du revêtement complet et de la bonne protection contre le vent. Elle est certes sportive, mais le guidon élevé et la position assise droite permettent une visite en Alpes sans douleurs dorsales.

Même dans l’entreprise sociale, la FA peut marquer des points, pour le conducteur et le passager, il y a beaucoup d’espace sur le grand vélo. Le cockpit a repris Suzuki du nom des anciens modèles GSX. Il y a un compteur de vitesse analogique et une gamme d’instruments LCD avec des affichages numériques pour la vitesse, la vitesse, le contenu du réservoir et ainsi de suite. Suzuki a repris l’éclair de commutation de ses courses GSX pour la FA, ce qui nous semble toutefois un peu exagéré, car les vitesses élevées ne conviennent pas vraiment au moteur 1250.

Motor der GSX 1250 FA

C’est comme ça qu’elle se conduit

La véritable star de la GSX 1250 FA est sans aucun doute le moteur. Le quadruple série ne bat pas des records sur le papier de 98 ch, mais le couple élevé (108 Nm à 3.700 tr/min) fait de la GSX une petite fusée. En 3,4 secondes, la machine accélère de 0 à 100 km/h, et la GSX est particulièrement convaincante en termes de passage. Malgré la puissance du moteur, GSX se sent très doux dans le déploiement de la force.

Vous vous asseyez sur le GSX 1250 plutôt que « in » de la machine. On s’en rend particulièrement compte quand on passe d’un autre vélo dans lequel on est assis dans la machine. Ce n’est pas une critique, on s’habitue rapidement à la position assise, et beaucoup de coureurs ressentent précisément cette position assise détendue de l’AI comme l’un des grands avantages, surtout par rapport aux super-athlètes avec leurs positions « in-der-machine » inconfortables sur de longues distances, presque déjà couchées.

Le châssis de la machine est bien conçu, mais pas inconfortable. Cela permet de faire du sport, bien que le GSX ne soit pas aussi agile dans les virages que les « vrais » athlètes de Suzuki. Dans les virages ou les virages très serrés, le Suzi a déjà besoin d’une main dure. C’est probablement dû à la grosse roue arrière des années 180 et, bien sûr, à son poids de 257 kg plein. De ce fait, cependant, la moto se trouve sur la route comme une planche et offre une excellente marche en ligne droite. C’est précisément sur l’autoroute que le Suzi fait une très bonne figure.
 

Sur cette GSX 1250, l’échappement standard géant a été remplacé par un léger Leo Vince Evo One.

Contrairement aux vélos modernes, le GSX est classique en ce qui concerne les systèmes d’assistance, à l’exception de l’ABS, il n’y a pas d’aide technique. Pas de ride-by-wire, pas de modes de conduite, pas d’anti-éclosion, pas de contrôle de traction, pas de rien du tout. Ici, le conducteur doit encore conduire lui-même. Suzuki a accordé au moins un ordinateur de bord à la GSX 1250 FA, mais il n’est pas utilisable depuis le guidon. L’équipement simple a un grand avantage : en quelques instants, on a compris les possibilités et les réglages et on peut ainsi se concentrer entièrement sur la conduite de moto. Rien ne distrait.

En ce qui concerne les freins, le châssis et la transmission, il n’y a rien à râler dans les années 1250. Nous n’avons donc rien manqué pendant le test et nous nous sommes réjouis de la facilité d’utilisation. Asseyez-vous, démarrez, démarrez. Le carnet de bord, ou le mode d’emploi, peut rester sous la banquette - c’est une bonne chose.
 

Les virages longs aiment le GSX 1250 FA - les courbes serrées ne sont pas si...

Conclusion - qu’est-ce qui reste coincé

Le Suzuki GSX 1250 FA est un polyvalent au meilleur sens du terme. Elle se laisse conduire sportivement, est apte à voyager et est très amusante sur la route et l’autoroute. Elle n’est certainement pas un vélo pour les conducteurs débutants en raison de son poids, de sa puissance élevée et de ses caractéristiques de châssis. Même les petites personnes ou les petites personnes feraient mieux de chercher une autre moto.

En raison de l’équipement techniquement plus simple et d’une bonne qualité de fabrication, la GSX 1250 FA compte certainement parmi les vélos les plus fiables. Rien ne peut se casser, et tous les bandits ont toujours eu la réputation de faire leur service sans réparation pendant des années sans réparation. Elle est donc un animal de travail idéal pour le trajet quotidien jusqu’au travail. Si vous souhaitez acheter une GSX 1250 FA d’occasion, vous n’avez pas à hésiter à faire de grandes courses. Les machines de ce type sont considérées comme inépuisables.

Prix/Disponibilité/Couleurs/Années de construction

  • Prix : 8.990 €
  • Occasion (3 ans) : 6.000€
  • Années de construction : 2010-2016
  • Vélo d’essai: 11/2016
  • Couleurs : noir, blanc, gris, bleu, rouge
ouvrir
fermer
waveform

Pour & Contre

  • Moteur moulant avec un couple puissant
  • Position assise adaptée au voyage
  • une bonne protection contre le vent
  • Vélo fiable sans défaut de réparation
  • beaucoup de moto pour peu d’argent
  • un peu lourd dans les virages serrés
  • Inadapté pour les conducteurs débutants
Von unserem Team geprüft:

Généralités

Type
Touriste sportif
EIE
8.990 €

Dimensions

Longueur
2.130 mm
Hauteur
1.245 mm
Poids
257 kg
à l’au-dent. Poids total
475 kg
Hauteur du siège
805 mm
Empattement
1.485 mm

Performances de conduite & portée

0 à 100
3,5 s
60 à 100
5 s
Contenu du réservoir
19 l
Consommation
5,5 l
Champ d’application
345 km
C’est le plus haut.
230 km/h

Transmission du moteur et de la puissance

Type de moteur
Quatre cylindres en rangées
Nombre de cylindres
4
Réfrigération
Liquide
Cylindrée
1.255 cc
Forage
79 mm
Hub
64 mm
Performance
98 CH
Couple
108 NM
Nombre de vitesses
6
Propulsion
Chaîne

Châssis et freins

Cadre
Double boucle
Suspension à l’avant
Telegabel 43 mm
Federweg:
130 mm
Jambe de plume à l’arrière
Jambes à plumes centrales
Federweg:
136 mm
Suspension à l’arrière
Oscillant à deux bras
Freins à l’avant
Disque double
310 mm
Pneus à l’avant
ZR
Freins à l’arrière
Disque
240
Pneus arrière
ZR